Miro – « L’Or de l’Azur »

135,00 TTC

Plus que 1 en stock

UGS : 50327T90 Catégories : , , , , , ,

Description

Tiré de l’œuvre de Joan Miro « L’Or de l’Azur » montre l’usage continuel des signes et symboles des années quarante comme l’expression de sa conception poétique de la peinture. Des étoiles, des planètes, les configurations élémentaires des personnages toujours présents (homme et femme, le principe masculin et le principe féminin)

Carré Twill 100 % Soie – 90 / 90 cm.

Twill : 53 g/m² – Finition : roulotté machine.

Imprimé dans nos Ateliers – Made in France

Emballage carton blanc glacé.

Entretien

Entretien Foulard en Soie

 

Artiste

Miro or de l'azur-1 photo

Joan Miró

 L’or de l’azur 1967

Joan Miró étudie l’art de 1907 à 1910 à l’académie La Escuela de la Lonja à Barcelone. En 1918, avec quelques amis de pensée similaire, Miró fonde « Agrupació Courbet », un groupe de jeunes artistes qui s’opposaient aux traditions conservatrices dans l’art catalan. L’or de l’azur montre l’usage continuel des signes et symboles des années quarante comme l’expression de sa conception poétique de la peinture. Des étoiles, des planètes, les configurations élémentaires des personnages toujours présents (homme et femme, le principe masculin et le principe féminin) et sur eux une ligne courbe – probablement un oiseau qui réinvente l’horizon – contribuent tous à la définition de son espace et offre une vision nouvelle de la cosmologie de Miró.

From 1907 to 1910 Joan Miró studied art in the academy La Escuela de la Lonja in Barcelona.    In 1918, together with some like-minded friends Miró founded “Agrupació Courbet”, a group of young artists who opposed themselves to conservative traditions in Catalan art. This painting, The Gold of the Azure shows Miró’s continued use of the signs and symbols of the forties as an expression of his poetic concept of painting. Stars, planets, the elementary configurations of the ever-present figures (man and woman, the masculine principle and the feminine principle) and on top of them a curving line – probably a bird that reinvents the horizon – all contribute to the definition of his space and offer a new vision of Miró’s cosmology.

© ADAGP 2012